Peugeot 103 (1971). Au guidon de l'ex-star des lycées pour ses 50 ans
habillage
banniere_haut

Peugeot 103 (1971). Au guidon de l'ex-star des lycées pour ses 50 ans

Le cyclo Peugeot fête son demi-siècle dans une joyeuse balade nostalgique. L'occasion de se replonger dans une ambiance d'insouciance, de liberté et de plaisirs simples. Nous avons essayé un modèle des années 1980 dans son état d'origine, sensations d'époque incluses.

Par Nicolas Valeano
Publié le Mis à jour le

Les plaisirs simples... Rouler en Peugeot 103 rappelle comme il est agréable de ressentir l'insouciance en se déplaçant.

Eric Malherbe/Peugeot Motocycles

Peugeot Motocycles a réuni une quinzaine de ses cyclomoteurs pour cette fête au parfum de madeleine de Proust. Nous avons l’embarras du choix avec ces exemplaires parfaitement roulants, dans leur jus, appartenant à un loueur spécialisé*. Des engins qui ont la cote et se négocient dans les 800 € quand ils sont en bon état. Attention à ne pas les appeler « Mob », car il s’agit du concurrent historique : la Mobylette de Motobécane, devenue le nom générique pour ce type d’engin. Elle vola cette fois la vedette à Piaggio, qui n’a pas réussi à refaire le coup de la Vespa avec son cyclo, le Ciao, tombé dans l'oubli.

Peugeot 103 orange
Simple et low tech : la silhouette du cyclo Peugeot est connue de tous. Ici déclinée en couleurs délicieusement seventies.

Adidas Rod Laver, Levi’s 501, veste de survêt’, bandana, blouson de moto, casque vintage à paillettes… la mode est un éternel recommencement et cela tombe bien : voilà la tenue parfaite pour fêter les 50 ans du Peugeot 103, le cyclomoteur mythique, idolâtré par des générations de lycéens !

 

 

Peugeot 103 cyclomoteur
Ne jamais négliger la fierté du pilote de 103. Même en 2021 !

Nous choisissons un modèle 103 MVL des années 1980, qui se paye le luxe d’offrir un phare carré, un feu de stop, des jantes à bâtons, un compteur de vitesse (où l’on flirte ici avec un très optimiste 60 km/h) et un klaxon au couinement poussif si caractéristique. Sur la béquille centrale, debout sur les pédales, un doigt sur la gâchette de starter (à gauche), un autre sur celle du décompresseur (à droite) que l’on relâche aux prémices du démarrage, le moteur se lance en deux temps trois mouvements. Un bruit de crécelle caractéristique qu’on avait oublié, pas aussi agaçant que celui d’un scooter nerveux mais au contraire régulier, doux et rassurant. Quelques tours de pédalage aident à lancer l’engin, puis le variateur se joue facilement des quelque 2,5 ch de puissance disponibles du deux-temps de 49,9 cm3 pour emmener le cyclo avec une aisance surprenante. Pas de kit Polini, de pot détente ou de gros carburateur ici : tout est d’origine. Et pourtant. Nous l’attendions poussif, notre 103 est en réalité relativement vif !

Peugeot 103 décompresseur
Un coup de décompresseur...
Peugeot 103 moteur
... et le petit deux-temps s'élance.
Peugeot 103
Notre 103 MVL a fière allure en digne représentant des années 1980.

C’est un plaisir de prendre au pied de la lettre la signification de cyclomoteur : un vélo avec un moteur, associant la facilité et la légèreté du premier au confort du second. Le freinage à tambours est plus modéré que puissant – c’est un euphémisme – mais qu’importe, la performance n’est pas de rigueur ici. Notre 103 atteint pourtant des vitesses désormais prohibées dans certaines villes. De toute façon, un tel engin lui-même n’y a plus droit de cité avec ses volutes de fumée et ses gaz d’échappement douteux. À la campagne, en revanche, il reste un moyen d’évasion simplissime, au parfum de liberté et de délicieuse nostalgie. Et comme après un morceau de Mozart le silence est toujours de Mozart, après une balade en 103, l’odeur du mélange deux-temps qui imprègne nos vêtements vintage est toujours du 103…

 

Peugeot 103 : une carrière sans pareil

Peugeot 103 réclame
Les réclames de l'époque ne fleuraient pas vraiment la modestie.

Né en 1971, le cyclomoteur au lion a su séduire un public de jeunes, bien loin de pouvoir s’offrir une première voiture comme instrument de liberté. Un succès qui a atteint les 3 millions d’exemplaires de par le monde, dont 550 000 dès 1974, avec une production traditionnelle dans l’usine historique de la marque à Mandeure (Franche-Comté), puis sur des chaînes chinoises et marocaines jusqu’en 2017. Voilà qui en fait le deux-roues 49,9 cm3 le plus produit de l'histoire, avec des cadences allant jusqu'à 2 000 unités par jour.

 
Peugeot 103 femme
Une clientèle féminine est aussi visée par Peugeot, des débuts...
Peugeot 103 pub
... aux années 1980, qui jouent la provoc' et les couleurs vives.

On ne compte plus les différentes versions commercialisées, entre le fameux 103 SP, les versions Racing, Chopper, Chrono, SPX, Fun, Indiana, Turbo 16, RCX… 

 
Peugeot 103 réclame
Les grands espaces sont à conquérir au guidon du robuste engin français, fort de... 1,9 ch à ses débuts.
Peugeot 103 publicité
Les publicités restaient parfois au premier degré.
Peugeot 103 Vogue
Si « la Bleue » est sa concurrente, le 103 s'autorise tout de même cette teinte, ici dans une version Vogue.

Plus sage, le Vogue d’entrée de gamme a su séduire par ses prix d’appel agressifs. Une botte secrète pour la marque, avec un nom glamour pour un modèle largement amorti, vendu ainsi en version très basique, parfois sans suspension arrière… Pourtant, un tour d’essai sur une version ainsi dépouillée et pourvue de pratiques sacoches nous a rappelé comme elle pouvait tout aussi bien remplir son office de véhicule au sens premier : amener d’un point A à un point B sans chichis, mais avec efficacité et même une dose surprenante de confort, voire d’agrément. Bon, à propos de ce dernier aspect, on peut certes fortement soupçonner l’influence de la nostalgie. Mais est-ce un mal ? Voilà un engin attachant et capable de tout. La preuve à travers le périple réalisé par deux Français aux États-Unis entre 1978 et 1979, avec 50 000 km à la clé, pour promouvoir l’engin outre-Atlantique. Cela n’a pas suffi à convertir les locaux à la « moped », mais qu’importe. C’est bien le voyage et l’expérience qu’il offre qui comptent plus que le point d’arrivée.

Peugeot 103 USA
Gilles et Robert, deux jeunes réalisateurs de films documentaires, effectueront un tour d'Amérique en 103 en 1978-1979.
Peugeot 103 chopper custom
Le mythe américain est en revanche bel et bien utilisé dans la communication de la marque, en France.

 

La fin d’une époque

 

Dans les années 1980, le déclin s’annonce pour le bon vieux cyclo malgré ses efforts pour devenir plus moderne, avec force démarrages au kick, allumage électronique ou refroidissement liquide. Car un phénix renaît de ses cendres à l’aube de ces années, le scooter, cette fois dans une définition moderne avec un variateur, une carrosserie plastique et un look qui donne une claque aux 103 et consorts. Peugeot lui-même est un des coupables avec son modèle SC, réalisé en collaboration avec Honda. Puis viendra le duo MBK Booster/Yamaha BW’s. Enfin, le coup de grâce arrivera en 2017 de la part de la réglementation, avec l’avènement de la norme Euro 4.
Aujourd’hui, Peugeot est sur le podium européen des deux-roues avec son Kisbee 50, mais l’avenir de ce genre d’engin est compromis. La marque française, propriété de l’indien Mahindra, propose désormais son scooter e-Ludix pour mettre un pied dans un marché électrique en pleine explosion.

Peugeot 103 e-ludix
L'e-Ludix sera-t-il le digne successeur du 103 comme moyen de transport populaire ?

L’avenir dira si une renaissance du 103 en mode zéro émission est une option, sous cette forme ou une autre. En attendant, une exposition dédiée au 103 est organisée du 22 novembre 2021 au 31 janvier 2022 au Musée de l’Aventure Peugeot, à Sochaux (Doubs). De quoi se replonger dans une jolie nostalgie.

* www.lesmobamanu.fr

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
bardefer Le 03/11/2022 - 12:21
toujours pas compris pourquoi je n'ai pas encore vu de version retrofit de cet engin...
Limousine Le 03/11/2022 - 08:25
Sait on parler d’autre chose que de pollution ? En 1970, ce n’était pas le problème ni pour les vehicules, ni pour le reste. Oui, les cyclos étaient de belles machine d’évasion pour les gamins que nous étions, et un bon moyen de se rendre au lycée sans passer par les bus lents et archi bondés. J’ai bien aimé la référence au freinage.. effectivement, nul besoin d’ABS. Il fallait vraiment rouler sur la neige pour parvenir à bloquer une roue…
ChristophedeN Le 24/11/2021 - 20:09
@VotrePseudo Pour mémoire j'ai écrit "les cyclomoteurs, ils sont intrinséquement très polluants", donc je ne remets aucunement en question leur niveau de pollution. Un diesel cela pue surtout par température basse, à contrario un essence et encore plus un gpl cela ne pue pas mais cela émet beaucoup plus de particules en nombre d'une masse plus faible, donc potentiellement beaucoup plus dangereux. L'odeur n'est aucunement un critère de dangerosité de la pollution. La meilleure preuve est le CO, inodore mais mortel à des concentrations relativement faibles. A contrario, un Muster ou un Maroilles plus cela pue et meilleur c'est.
Voir tous les commentaires (11)